Wes Anderson

Le cinéma Américain a très rapidement pris le dessus sur le cinéma Européen. Dès la première guerre mondiale, les États-Unis se dotent d’un industrie cinématographique performante et productive qui fait émerger Hollywood et le star-system dans les années 20. L’Europe, elle, se relève économiquement et artistiquement comme elle peut de ces 4 années de guerre, sauf le cinéma Allemand qui reste banquable et remarquable. Vint ensuite l’âge d’or d’Hollywood des années 30 à 60 durant lequel les majors s’en mettent plein les poches et produisent à la chaine. Malgré les difficultés des majors (et leur retour/restructuration), le cinéma Américain reste un cinéma performant, peut être même plus qu’auparavant car il se diversifie, même s’il commence à miser de plus en plus sur les blockbusters qui font leur apparition (Les Dent de la mer par exemple). Et c’est encore de l’autre côté de l’Amérique qu’il faut chercher l’un des meilleurs réalisateurs contemporains, Wes Anderson. Lire la suite…

Human after all.

Le 22 septembre dernier sortait Human de Yann Arthus-Bertrand. Un projet tellement beau que le réalisateur français a voulu que ce film soit pour tous, et vu par tous. Vous pouvez donc le voir, légalement et gratuitement sur Youtube (voir vidéos ci-dessous). Pourtant le succès n’a pas été à la hauteur de la réussite de cet atypique portrait de l’humanité. C’est l’heure d’une séance de rattrapage pour les retardataires. Lire la suite…

Bridge of Boredom

Il était une fois la Guerre froide. Deux super-puissances s’affrontaient et tout ou presque était permis (un peu comme dans Star Wars, les sabres lasers en moins). Un jour un espion fut pris et, se souvenant d’une époque lointaine où l’honneur constituait encore un code de conduite, a refusé de parlé et de passer à l’ennemi. D’où procès dudit espion. Lire la suite…

Re-Make / Re-Model – l’art du remake (3e partie)

Pour finir notre exploration des remakes au cinéma, j’aurais souhaité finir en apothéose. Le principe du remake étant de revenir sur ce qui a déjà été fait et d’en proposer une lecture améliorée, il aurait été fort à propos d’élever le débat. Ainsi j’aurais pu vous parler des réalisateurs qui font eux-mêmes le remake de leurs films. C’est le cas du grand Alfred Hitchcock par exemple avec The Man Who Knew Too Much en 1934 puis en 1956. C’est aussi le cas de Michael Haneke avec Funny Games (1997 puis 2007). Lire la suite…

Petite sélection de films pour décembre

Noël bonnes gens, Noël ! Plus l’automne avance et plus nos pensées (les miennes en tout cas!) se tournent vers cette fête merveilleuse qui, même à l’âge adulte, parviendrait presque à nous faire croire à sa magie. Alors, pour se mettre tout doucement dans le bain, NMF vous a sélectionné trois films de Noël … à voir ou à revoir sans modération ! Lire la suite…