Wes Anderson

Le cinéma Américain a très rapidement pris le dessus sur le cinéma Européen. Dès la première guerre mondiale, les États-Unis se dotent d’un industrie cinématographique performante et productive qui fait émerger Hollywood et le star-system dans les années 20. L’Europe, elle, se relève économiquement et artistiquement comme elle peut de ces 4 années de guerre, sauf le cinéma Allemand qui reste banquable et remarquable. Vint ensuite l’âge d’or d’Hollywood des années 30 à 60 durant lequel les majors s’en mettent plein les poches et produisent à la chaine. Malgré les difficultés des majors (et leur retour/restructuration), le cinéma Américain reste un cinéma performant, peut être même plus qu’auparavant car il se diversifie, même s’il commence à miser de plus en plus sur les blockbusters qui font leur apparition (Les Dent de la mer par exemple). Et c’est encore de l’autre côté de l’Amérique qu’il faut chercher l’un des meilleurs réalisateurs contemporains, Wes Anderson. Lire la suite…

Human after all.

Le 22 septembre dernier sortait Human de Yann Arthus-Bertrand. Un projet tellement beau que le réalisateur français a voulu que ce film soit pour tous, et vu par tous. Vous pouvez donc le voir, légalement et gratuitement sur Youtube (voir vidéos ci-dessous). Pourtant le succès n’a pas été à la hauteur de la réussite de cet atypique portrait de l’humanité. C’est l’heure d’une séance de rattrapage pour les retardataires. Lire la suite…

Bridge of Boredom

Il était une fois la Guerre froide. Deux super-puissances s’affrontaient et tout ou presque était permis (un peu comme dans Star Wars, les sabres lasers en moins). Un jour un espion fut pris et, se souvenant d’une époque lointaine où l’honneur constituait encore un code de conduite, a refusé de parlé et de passer à l’ennemi. D’où procès dudit espion. Lire la suite…