Série littéraire : « Elémentaire, mon cher Watson! » (4/6)

Au plus fort des grosses chaleurs estivales, offrez-vous un frisson ! Cette semaine NMF vous propose d’empoigner un (ou plusieurs) bon(s) polar(s). Partez sur la trace du crime, découvrez l’assassin et oubliez quelques instants votre quotidien peut-être légèrement moins palpitant … Surtout si vous êtes encore au bureau !

Pour commencez en douceur NMF vous recommande deux séries, l’une située dans l’Italie contemporaine, l’autre dans Angleterre de la fin du XIXème. Le Commissaire Brunetti, amateur de bonne chaire et d’histoire, débonnaire et vénitien pure souche, marié à une professeur de littérature anglaise sarcastique et père de deux adolescents, résout les crimes avec humanité et humour. Donna Leon, grande dame du polar américain contemporain, nous fait découvrir une Venise bien différente de l’image d’Epinal que nous en avons : corruption, malveillance, meurtre et violence hantent la Cité des Doges — qui, loin d’être une ville morte à deux doigts de disparaître, se révèle être une ville bien vivante.

NMF_1

Dans un autre registre, la série Thomas Pitt d’Anne Perry est toute aussi agréable à lire. Dans une société victorienne rigide, Charlotte, issue de la (très) haute bourgeoisie, ose défier les conventions en épousant un simple inspecteur de police. Elle deviendra la meilleure alliée de son mari Thomas, l’aidant à résoudre les meurtres commis dans les salons feutrés et l’univers opulent de l’aristocratie anglaise. Mêlant habilement petites histoires individuelles et intrigues politiques, les romans d’Anne Perry nous transportent dans une autre époque, lorsque les dévoiements des hommes étaient encore encadrés par un certain sens de l’honneur et de la décence tout british.

Le Los Angeles des années 1940 est, lui, à mille lieux d’un tel univers! Surnommée Le Dahlia noir, la (très) jeune Elizabeth était une aspirante actrice dont le corps a été retrouvé horriblement mutilé. Loin des lumières et paillettes d’Hollywood, ce meurtre abominable révèle la noirceur de la ville, sa dureté et son racisme. L’affaire a fait coulé beaucoup d’encre, mais n’a jamais été résolue. A travers l’enquête imaginaire des inspecteurs Lee et Bucky, l’auteur donne un dénouement fictif à ce meurtre bien réel. Policier noir, qui nous plonge dans les turpitudes de Los Angeles et flirte avec le sordide, le roman de James Ellroy est à déconseiller aux âmes sensibles.

NMF_2

A ces dernières, nous recommanderions plutôt un bon vieux policier old fashion dans le genre Le grand sommeil de Raymond Chandler. Premier de la série mettant en scène le détective privé Philip Marlow, ce roman est un grand classique de la littérature populaire américaine. Histoire complexe, riche en rebondissement, Le grand sommeil vous promet un bon divertissement. (Et si, comme nous, vous êtes un cinéphile enragé, ne manquez pas l’adaptation d’Howard Hawks : sorti en 1946 le film révéla le couple d’Humphrey Bogart et Lauren Bacall.)

NMF_3

Enfin, pour être pile dans la tendance estivale, affichez-vous avec un polar asiatique. L’Asie, nouvel eldorado du roman policier … Qui l’eût cru?! Parmi cette pléiade d’auteurs, tous plus ou moins inconnus en Europe, NMF vous recommande deux valeurs sûres. Qiu Xiaolong met en scène (ou plutôt en papier) les aventures de l’Inspecteur Chen, flic poète et gourmet. Les personnages denses, la qualité des intrigues et l’aperçu que l’auteur nous donne de la société chinoise contemporaine rendent ces romans à la fois intéressants et agréables à lire. Un peu dans le même registre, Mi Jianxiu suit lui les aventures d’un magistrat, le Juge Li. Vous voilà ainsi paré pour partir à la découverte de la Chine criminelle!

Bonne lecture, et retrouvez-nous dans deux semaines pour le prochaine épisode !

Laisser un commentaire