Les garçons et guillaume, à table !

Vous n’en pouvez plus des films français à l’humour gras et douteux, aux acteurs médiocres et aux scénarios plus que mauvais ? Les garçons et Guillaume, à table, le premier film de Guillaume Gallienne fait souffler un vent de fraicheur sur un cinéma français (qui, à mon humble avis n’est pas aussi pittoresque que l’on pourrait penser).

 

Une histoire personnelle mais captivante.

Rentrons directement dans le vif du sujet, le scénario. Comment s’identifier et s’intéresser à l’histoire autobiographique de Guillaume Gallienne, interprétant son rôle, à la recherche de sa propre identité ? C’est le défi qu’a relevé l’acteur, scénariste, réalisateur et pensionnaire de la Comédie Française. En plus, sa jeunesse n’a rien d’universelle. Longtemps celui-ci a douté sur son identité sexuel, la faute à une mère l’ayant (presque) élevé comme une fille. La faute aussi à Guillaume, qui cherchant sa place dans sa famille bourgeoise, s’entrainait à imiter sa mère et la princesse Sissi devant sa glace.

 

Un grand acteur.

Guillaume Gallienne a dans un premier temps fait de sa jeunesse, une pièce de théâtre. Sur le même modèle, il interprète sa mère et lui-même dans le film, et révèle tout le comique de son adolescence. Il laisse alors éclater tout le talent dont il regorge, un talent tragicomique, doublé d’une immense autodérision. Son jeu d’acteur extrêmement juste est merveilleux: c’est la clef de la réussite de ce film. Mais il fallait aussi une forme de narration spécifique, pour nous faire entrer dans l’univers très spéciale de la jeunesse de cet incroyable acteur qu’est Guillaume Gallienne.

 

S’il fallait faire court je m’exprimerais ainsi: Si vous voulez rire d’un rire non gras, tout en ayant droit à un film sincère et mené par un acteur crevant l’écran qui n’essaie pas d’en faire trop, courrez donc au cinéma voir Les garçons et guillaume, à table.

 

Laisser un commentaire