Aalto : une architecture finlandaise

La Finlande terre des prémisses du mouvement moderne fait rêver plus d’un architecte. Considérée comme le berceau d’un renouveau architectural, qui a marqué en profondeur l’architecture des années post-guerre; la Finlande à donné naissance à un des grands maitres de l’architecture moderne : Alvar Aalto.

Une des qualités de la société finlandaise, est son rapport à la nature. En regardant le territoire finlandais, la prédominance des grandes forêts de pins est incontestable. Contrairement au schéma urbain typique, en Finlande ce n’est pas la nature qui s’infiltre dans la ville, mais la ville qui s’infiltre dans la nature. Ainsi en plein coeur d’Helsinki, capitale qui compte 602 200 habitants on a la sensation d’être dans une clairière.

Le centre ville de  Seinajoki  est englobé dans une interminable nappe verte. Il fut construit par Alvar Aalto entre 1951 et 1987. Une des qualités remarquable dans l’architecture d’Aalto est la politesse et le délicatesse de ses projets envers le site. L’insertion des oeuvres dans ces grandes pleines boisées, l’insertion de l’architecture dans la nature, la résonance entre les bâtiments et la verticalité vertigineuse des pins. En regardant cette harmonie entre existant et construit, on se rend compte que faire de l’architecture c’est avant tout faire une mise en relation.

La composition globale de ce centre prend une forme triangulaire dominée par l’église qui engendre deux axes : une verticale par sa  croix de soixante cinq mètre de haut qui semble traverser les cieux (et qui rappelle l’architecture traditionnelle finlandaise où la verticale est très présente ) et l’autre horizontale qui engendre une spatialité différente.

 

croix et ciel

 

 

Aalto avait appelé son projet d’Eglise la  « Lakeuden risti » ( Croix de la plaine), cette croix devient donc emblème de l’Eglise. Elle se dresse dans le ciel, dans une verticalité imperturbable, seul repaire dans la vaste plaine. Mais en aucune façon on y voit un geste brusque et fort. Elle fait le lien entre le ciel et la terre, sert de repaire aux âmes perdues, puise sa géométrie dans les racines de l’architecture Finlandaise.

 

 

 

 

Au franchir des portes de l’Eglise, une sensation forte submerge les spectateurs. Ce bâtiment n’a pas de qualité qu’on  pouvais nommer ou d’écrire, simplement cette Église est. Non seulement elle était, mais elle me fait être. Par se présence et sa perfection on a  la sensation d’exister.  C’est la simplicité du bâtiment qui engendre son élégance, et sa modestie qui lui donne sa beauté.

intérieur à photoshopé

Mais ce n’est pas parce que le bâtiment parait simple, que sa conception est simpliste. En regardant les plans et les coupes, on remarque une grande finesse du tracé. Toute l’intelligence d’Aalto et toute la beauté de ses œuvres résident dans sa capacité à faire d’une conception compliquée un espace simple.

En avançant dans cet intérieur de silence et de lumière on entend la résonance entre les murs et le dialogue de la structure avec l’espace. Aalto a réussit à  transformer la lumière en  matière, et le vide en plein. La structure, l’espace et la lumière ne font qu’un, et de cette unité nait une harmonie remarquable.

Laisser un commentaire