Heavenly Sweetness, à la recherche de la musique perdue.

« Il est indécent de renoncer au jazz » disait un certain Serge Gainsbourg. Et heureusement pour nos doux tympans, que Franck Descollonges et Antoine Rajon suivent cette belle phrase au pied de la lettre !

Ces deux nostalgiques des vinyles, fondèrent le label parisien émérite qui n’est autre que Heavenly Sweetness. Ces deux hommes perpétuent depuis 2007 une quête initiée pendant les 70’s consistant à partager un jazz influencé par ses contemporains. Hip hop, funk, pop, soul, musique ethnique, tout peut être susceptible d’influencer le son jazzy de ce collectif.

Cette philosophie d’ouverture pointée par le jeune label séduit. Après avoir signé une compilation fraîche et vivifiante : Freedom Jazz France (Artistes exclusivement français, Montebourg oblige), le collectif s’apprête à sortir le 2e volet de Diggin’ the blogosphere, avec notamment de nouveaux artistes parcourant des voies escarpées et inconnues comme Uphigh Collective, artistes belges subtilement teintés d’une dubstep qui nous emmène au 7e ciel.

Se joignant aux autres Blundetto, Dope Gems, Webster Wraight Ensemble, ou encore l’excellent Guts, Heavenly Sweetness veut grandir auprès de fidèles artistes qui leur ont permis de commencer à se faire un nom dans le monde du jazz. On ne parle plus de son mais de sonorités, on ne parle plus de simples musiciens mais de véritables artistes, on ne parle plus de jazz mais de Heavenly Sweetness. Assurément, nous pouvons dormir sur nos deux oreilles.

 

 

Laisser un commentaire